Le blog du webmarketing

Categories Menu

7 pièges à éviter pour une reprise d’entreprise!

Posté le 20 Juil, 2011 dans Entreprise | 0 commentaires

7 pièges à éviter pour une reprise d’entreprise!

La reprise d’entreprise séduit beaucoup d’entrepreneurs notamment car cela semble plus simple que de créer de A à Z une entreprise, elle est ici déjà bien installée et lancée. On évalue ainsi environ 60000 reprises chaque année cependant, les chiffres ne sont pas très bon quant au devenir de ces reprises avec une estimation d’une reprise sur trois en situation d’échec. Pour faire diminuer ces statistiques, nous allons vous donner les 7 pièges à éviter pour une reprise d’entreprise en tant que repreneur.

1. Ne pas être prêt mentalement !

Vous devez être suffisamment motivé, déterminé et aimez prendre des risques. Une reprise d’entreprise nécessite un fort investissement personnel et aura donc inévitablement des conséquences sur votre vie privée (famille, amis avec des contraintes d’emploi du temps, etc.). Vous devrez étudier plusieurs dossiers avant de faire votre choix. Ce premier long et fastidieux travail révèlera déjà si votre motivation est assez grande pour aller au terme de votre projet. Sachez qu’entre le premier contact et la signature de l’acte, il peut s’écouler entre 3 et 16 mois. Soyez patient au risque de brûler des étapes.

2. S’engager dans l’inconnu !

Vous devez posséder un certain nombre de connaissances et compétences dans le secteur d’activité de l’entreprise que vous reprenez mais aussi dans le management car ce sera désormais votre rôle. Notez que l’un influe sur l’autre car vos compétences détermineront grandement votre crédibilité et donc votre autorité en tant que manager.

3. Mal cibler ses recherches d’entreprises à reprendre !

Perte d’argent et de temps assurée! Ainsi, un ciblage trop large vous fera vous disperser et surtout perdre de la crédibilité. Cependant, attention à bien doser car un ciblage trop précis vis à vis de critères géographiques et/ou sectoriels compliquera fortement l’aboutissement dans votre recherche. L’idéal est de cibler un type d’entreprise dans lequel vous avez déjà de l’expérience.

4. Vouloir faire son chemin seul !

Dans un premier temps, vous devez trouver le soutien nécessaire auprès de votre famille qui constituera une aide précieuse notamment psychologiquement en adhérant à votre projet. Sur le plan professionnel, il vous est impératif de disposer d’au moins un partenaire financier pour pouvoir obtenir un prêt plus facilement auprès d’une banque. Aussi, il est vivement déconseillé de mettre tous vos fonds personnels dans cette reprise d’netreprise. Vous devez avoir un appui financier mais sachez également vous faire entourer d’experts pour un diagnostic également fiscal et social béton !

5. Etablir une mauvaise analyse de l’entreprise et du projet concerné !

Vous risquerez ainsi de vous retrouver confronté à des problèmes sociaux, des fournisseurs peu fiables, des banquiers frileux, etc. L’étude doit être assez complète et ne doit pas se baser uniquement sur ce qui a déjà été réalisé dans cette société ou ce qui s’y passe. En effet, il faut impérativement faire un effort de projection et prendre en compte les évolutions technologiques, le futur contexte économique… ainsi que de nombreux autres paramètres pour anticiper au mieux les éventuelles difficultés que vous pourriez rencontrer.

6. Prendre les commandes seul du jour au lendemain !

Il est préférable de préparer votre arrivée auprès des partenaires de l’entreprise grâce à un accompagnement (assez long pour être prêt à prendre la succession et assez court pour que vous puissiez vous imposer en tant que nouveau manager) avec la personne cédante. Salariés, fournisseurs et clients doivent vous connaître un minimum lors de la transmission de pouvoir sous peine de ne pas profiter du principal avantage de la reprise d’entreprise : tout est déjà fonctionnel, des relations sont déjà établies, etc. Cependant, si l’entreprise est de type familial ou tout simplement trop attachée au nom de son gérant, il y a de très fortes chances pour que ce travail ne porte pas ses fruits. Retenez qu’un accompagnement par le cédant représente deux fois moins de risque d’échec.

7. Imposer votre mode de management brutalement !

Le changement est très déstabilisant et souvent contre-productif s’il est radical. Ainsi, il est de votre ressort de ne pas perturber os collaborateurs voire même de les rassurer notamment quand à vos objectifs et perspectives pour la société et ses salariés. Lors de la succession il serait également très déstabilisant pour les salariés si vous ne preniez pas en compte la culture d‘entreprise déjà instaurée. Si vous souhaitez effectuer des changements, allez y en douceur, là est la difficulté d’une reprise d’entreprise par rapport à une création où vous définissez dès le départ vos propres règles!

 

N’hésitez pas à consulter le site de l’APCE (Agence Pour la Création d’Entreprise) pour plus de précisions sur la reprise d’entreprises : conseils, statistiques, témoignages, tests !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *